Les prix des voitures vont-ils augmenter en 2022 ?

En raison des nouvelles mesures européennes imposées aux fabricants automobiles, il semble que les prix des voitures devraient augmenter en 2022, à la plus grande déception des automobilistes. À partir de l’année prochaine, l’ensemble des modèles en circulation au sein de l’Union européenne devront en effet être dotés d’une série de technologies spécifiques. L’objectif est de réduire au maximum le nombre de morts sur les routes. Ainsi, tous les constructeurs sont tenus de se plier à ces nouvelles normes mises en place par le Parlement européen.

Au moment où l’industrie automobile allemande tourne au ralenti…

Selon le directeur de l’ingénierie de la marque Renault, les nouvelles exigences sécuritaires de Bruxelles vont entraîner une hausse des prix des voitures de 200 à 300 euros en 2022. Le surcoût pourrait d’ailleurs se rapprocher de 1000 euros pour chaque voiture avec l’adoption des normes anti-pollution Euro 7 d’ici 4 ou 5 ans. D’ici 2026, l’ensemble des fabricants devront réduire les polluants de 60 à 90 % et assurer la régulation des polluants tolérés. Face à ce nouveau tournant, Audi a déjà envisagé la présentation de son dernier modèle doté d’un moteur à combustion pour 2026.

Il faut toutefois dire que l’éventuelle hausse des prix vient à une période difficile pour le secteur automobile en Allemagne. Celui-ci est en effet marqué par une baisse de la production depuis une vingtaine d’années, entraînant ainsi un retard de livraisons et impactant sur le marché de l’occasion. Bien qu’il ait connu des jours meilleurs à une époque, le marché automobile allemand est au plus mal, avec un énorme recul en termes de production.

marché voiture allemande

Des baisses considérables de production de véhicules

En 2019, on note une baisse de la production de 9 %, à 4,7 millions d’unités. Ce qui représente son plus faible résultat depuis 1997. En 2018, le secteur avait produit 5,12 millions d’unités. En ce qui concerne les exportations, elles ont chuté de 13 %, à 3,5 millions d’unités, à cause de la réduction de la demande au niveau international.

Ce ralentissement allemand survient au moment où les fabricants sont en train d’investir à marche forcée dans la tendance électrique. D’ailleurs, les modèles hybrides ou électriques ont connu une évolution de 75 % en 2019.

Par ailleurs, le marché allemand a connu entre janvier et juin 2021, son second plus mauvais semestre depuis la réunification du pays en 1991. Au total, on compte 1 390 889 voitures immatriculées dans la première économie européenne. Ce qui équivaut à une augmentation de 14,9 % par rapport au premier semestre de l’année 2020.

Une augmentation des ventes en trompe œil

Ce n’est certainement pas la tendance en Allemagne qui va pousser les fabricants à passer outre les affaires globales. La production reste limitée, car ceux-ci ne pensent pas que l’augmentation des immatriculations enregistrées en 2019 va continuer.

Les ventes dans le pays ont certes connu une progression de 5 % sur un an, avec 3,6 millions d’unités. Ceci est cependant un contre-effet de la mise en place des normes d’homologation. Afin de se conformer aux objectifs CO2 européens entrés en vigueur en 2020, certains fabricants ont privilégié l’immatriculation de certains modèles avant janvier, quitte à réduire leurs marges à la vente. Par conséquent, la hausse des immatriculations est relative, pour la plupart, au renouvellement des flottes d’entreprise.

Une pénurie de composants dans le secteur automobile

Les voitures modernes sont remplies de technologies et de composants électroniques. Par conséquent, la pénurie de semi-conducteurs se présente comme un frein, empêchant à l’industrie de tourner à plein régime. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le salon automobile de Genève 2022 a été reporté à l’année 2023. Cette pénurie va aussi se traduire par la hausse de certains prix. En tout cas, c’est ce que le PDG de Renault a confié au magazine L’Expansion.

La rareté des composants a en effet rendu ceux-ci plus chers. Cette augmentation va ainsi impacter le prix de vente des voitures. D’après le PDG de Renault, il est fort probable que les prix augmentent dans les 10 prochains mois, soit jusqu’à la rentrée 2022. La hausse des tarifs n’est toutefois jusqu’à présent pas suffisamment décryptée.

Il convient de rappeler que pour faire face à la pénurie des composants, des fabricants ont déjà entamé une revue à la baisse de leurs productions. Chez Renault par exemple, certains véhicules sont désormais fournis sans certains équipements, à l’image des rétroviseurs électriques. En ce qui concerne l’augmentation des prix chez ce même fabricant, on constate que le modèle Clio dont l’entrée de gamme était proposée à 14 100 euros en début d’été 2019 est actuellement commercialisé à 18 100 euros. Le constructeur a également procédé à l’élimination de la finition Life, afin de proposer le Zen en tant qu’entrée de gamme.

Quant à la production européenne de puces, elle devra prendre environ une décennie. L’objectif de l’UE est de se départir de la dépendance asiatique, afin de produire d’ici 2030, 20 % de la production mondiale.

voiture électrique

Le succès de l’électrique en France : encore du chemin à faire

Si cette décennie est celle de la transition énergétique du secteur automobile, elle a tout de même des impacts sur le portefeuille des automobilistes. Hybride ou électrique, ce qui est sûr, c’est que ce genre de modèle est beaucoup plus cher qu’une voiture à moteur 1.0 qui date de 10 ans. Le coût de revient sera alors estimé à plusieurs milliers d’euros supplémentaires.

En 2021, le prix des véhicules électriques demeure plus élevé que celui des modèles classiques, et ce, malgré les bonus. Il est toutefois fort probable qu’il y ait un inversement de la courbe dans les années à venir avec la production de masse et la démocratisation des voitures à batterie. Même si les Français ont largement amorcé le virage de l’électrique et de l’hybride, ces modèles ne constituent que 20 % des ventes réalisées dans l’hexagone en 2020.

L’augmentation des prix des voitures en 2022 est très attendue au vu des révélations de certains experts automobiles. De son côté, l’Allemagne devra se donner du mal afin de combler le retard face aux autres constructeurs et de marquer des points face à la concurrence.

Envoyer un message