Le pari de la mobilité électrique

Le magazine Point Eco Alsace de la CCI Grand Est a interview notre président, Pierre REINHART au sujet de la sortie des ateliers des premiers autobus 100% électriques DCG/Yutong.

Presque centenaire, la PME familiale d’Ingwiller est le troisième distributeur français d’autocars et d’autobus, derrière Mercedes et Iveco. Aujourd’hui, elle veut s’imposer sur le marché très prometteur des véhicules électriques de transport de passagers.

 

Les bus électriques sont plus fiables, plus confortables et nécessitent  moins de maintenance. © Dorothée Parent

Pierre Reinhart, le président de DCG, est un peu fébrile ! Il attend les résultats des appels d’offres lancés par Paris, Strasbourg et d’autres agglomérations françaises. Début 2019, la RATP annoncera les gagnants du marché portant sur la fourniture de 1 000 autobus électriques en trois lots.

 

Actuellement, sa société, qui emploie 220 salariés, est le distributeur exclusif pour la France de la marque turque TEMSA et du plus grand fabricant au monde, le Chinois YUTONG. S’il ne remporte ne serait-ce qu’une partie du marché parisien, sa société va entrer dans une nouvelle dimension.

 

Elle se lancera alors dans l’assemblage final des véhicules 100 % électriques. « Le projet est prêt ! Si nous obtenons la commande d’au moins 250 exemplaires, nous pouvons commencer les travaux de construction de l’usine sur notre site d’Ingwiller, avec, dans un premier temps, 50 emplois à la clé », s’enthousiasme le PDG.

 

« Notre objectif est de créer le plus de valeur ajoutée en France autour de nos autobus électriques. L’ingénierie de DCG intervient dès leur conception en Asie avec l’intégration d’éléments majeurs.

Une fois arrivés à Ingwiller, les équipes de DCG finissent l’assemblage pour répondre spécifiquement aux demandes de chaque client ou réseau : systèmes d’informations voyageurs, systèmes d’aide à l’exploitation, sièges, etc. »

Les bus électriques sont plus fiables, plus confortables et nécessitent moins de maintenance. © Dorothée Parent

Autobus franco-chinois

« Contrairement à ce que l’on imagine parfois, les Chinois sont très en avance en matière de véhicules électriques. Nous profitons à fond de leur savoir-faire.

À Shenzhen, tous les bus sont électriques et ce sera bientôt pareil pour les taxis. Il faut aussi savoir que 98 % des bus électriques dans le monde circulent en Chine », observe Pierre Reinhart, petit-fils d’Émile Dietrich, le fondateur de l’entreprise. Depuis 2016, les véhicules électriques YUTONG ont été expérimentés dans plusieurs villes, dont Strasbourg.

Aujourd’hui, trois autobus et cinquante autocars électriques, livrés par DCG, circulent quotidiennement en France.

Un de ces derniers assure la liaison régulière FlixBus entre Paris et Amiens. Leur autonomie actuellement limitée à 200 – 250 km, devrait passer rapidement à 300 - 350  km grâce aux progrès des batteries.

« Les premiers retours sont ultra-positifs ! Les véhicules sont plus fiables, plus confortables et nécessitent moins de maintenance que les modèles thermiques », poursuit-il. Même si le coût d’achat est le double de celui d’un modèle thermique, les frais d’exploitation réduits permettent d’atteindre le point mort à partir de la septième année. Une excellente opération pour l’exploitant lorsque l’on sait que la durée de vie d’un bus atteint quinze à vingt ans, mais aussi une bonne nouvelle pour la planète puisqu’en moyenne un bus urbain classique produit 144 g de CO² voyageur/kilomètre. » P. H.

 

Vous pouvez consulter l’article sur le site internet de la CCI Alsace, en cliquant sur ce lien

https://www.pointecoalsace.fr/Region/Dynamiques-Alsace/Pari-mobilite-electrique-03788.html

 

Vous pouvez également consulter la fiche technique de l’autobus 100% électrique E12 LF ici et n’hésitez pas à nous solliciter pour des renseignements complémentaires.

Votre responsable commercial de secteur se fera un plaisir de vous accompagner dans vos projets.

Par DCG, le 1 février 2019


Article précédent

Article suivant